nouveautés
à paraître

Sélection de recettes d'été

 

Archives Marabout

Mot clé : «Dim Sum»

Petit guide des Dim Sums à l’usage des gourmands

dimsum-bandeau

Nom d’un petit ravioli crevette-ciboule vous avez vu cet engouement pour les dim sums ? Ils sont partout, sur les tables étoilées, dans les restaurant branchés des métropoles où il faut être, à la carte du dernier food truck à la mode : tout le monde en veut !

Seulement voila, on va vous dire un truc : derrière l’appellation dim sums, nous les occidentaux on met parfois un peut tout et son contraire. C’est la raison pour laquelle on a décidé de mettre à votre disposition ce petit guide, qui vous aidera non seulement à briller en société, mais à vous régaler avec esprit, et ça chez marabout, on y tient particulièrement !

C’est donc parti pour quelques infos pas inutiles.

Comment réussir ses dim-sums ? Les trucs de Mikael Pétrossian.

ravioli-pac

Vous avez cédé à la délicieuse mode des dims-sums et autre dumplings ? Vous vous apprêtez à vous lancer dans la réalisation de ravioli vapeurs pour votre prochain dîner de gourmands ? Voila une belle idée !

Cela tombe bien, il se trouve que nous n’aimons rien tant que vous rendre service ! Nous sommes donc allés voir Michael Pétrossian, le patron du Yoom*, pour lui demander ses conseils de pro, rien que pour vous – et comme il est chic et sympa, il a gentiment accepté de nous confier ses tours de main.

Asseyez-vous quelques instants et prenez le temps de nous lire avant de vous lancer dans l’aventure.

Yoom : l’histoire des consultants en finances qui devenaient plieurs de ravioli.

bannière-yoom-1

C’est l’histoire dont tout le monde rêve : changer de vie, vivre de sa passion, et en faire un succès.

Evidemment, tout cela ne s’est pas fait en un jour. Pour en arriver là, ils en ont bavé des ronds de chapeau. Qui ça ? Mais Mikaël et Benoit, les deux jeunes patrons du Yoom, ce restaurant de la rue des Martyrs spécialisé dans les Dim Sums.

Les Dim Sums font le buzz

yoom-3_effected

Les raviolis chinois (ou Dim Sums), débarqués en France dans les années 80 ont eu du mal à se relever de l’atroce réputation qu’ils ont attrapés à force d’être mauvais. Il faut dire que les raviolis crevettes du comptoir asiatique moyen gagnent parfois à ne pas être regardés de trop près : composition approximative, congélation quasi systématique, pâte collante et trop épaisse (et on ne vous parle même pas des atroces « appartements ravioli* » qui ont fait le tour des émissions de reportages au début des années 2000).