Accueil > Tendances > Tout bon tout cru ?

Tout bon tout cru ?

Tout bon tout cru ?

Nom d’un petit smoothie de rutabagas aux topinambours, vous avez vu, le cru est parmi nous les amis.

Attention, on ne vous parle pas là du cru des années 90 (le carpaccio) ou des années 2000 (le sushi), non, on vous parle ici du néo-cru, celui qu’il est glamour, politiquement correct, celui qui garde les vitamines et minéraux qu’ils sont bons pour notre organisme.

Cette tendance fait fureur aux Etats Unis et en Angleterre, et risque donc de nous tomber sur la tête. Histoire de voir de quoi il retournait, nous avons testé pour vous quelques néo-nourritures crues, on vous raconte tout c’est maintenant c’est parti.

Niveau 1 : le granola cru

Granola cacao cruL’idée : ils sont composés de fruits déshydratés, de cacao cru, de céréales (bios et bien sous tous rapports) – en général sans gluten tant qu’on y est. Les packagings sont jolis, les tarifs exorbitants (oui, ne pas cuire coûte visiblement CHER), mais il parait que les vitamines danseront dans nos petites cellules toute la sainte journée.

Verdict : on a franchement bien aimé ce granola cru au sarrasin et cacao, équilibré en goût et bien croustillant. On n’a pas encore osé goûter celui à la betterave (faut quand même pas pousser ont dit les enfants).

Niveau 2 : la pâte à tartiner crue

Pâte à tartiner crueL’idée : une pâte à tartiner au cacao cru et aux noix du Brésil, sans huile de palme pour pas faire comme qui-vous-savez.

Verdict : Ouille. La texture est collante, sèche et granuleuse, le goût amer et fermenté, cela manque cruellement de sucre, c’est mauvais. On ne parlera donc même pas du fait que le gras surnage de façon peu appétissante (ce qui arrive souvent dans les pâtes à tartiner artisanales, il est vrai).

Niveau 3 : le restaurant crudivore

Plateau de fromages crus et vegansEt oui cela existe : c’est à Paris et cela s’appelle 42 Degrés (car rien n’y est chauffé au delà de 42 °, température au delà de laquelle les chtites vitamines sont dégommées par la chaleur). Histoire de compliquer les choses, c’est aussi végan sinon c’est pas drôle.

Verdict : Inégal. Le restaurant est joli et change sa carte tous les jours, l’accueil très gentil, mais le service était un peu désorganisé. Dans l’assiette, la polenta crue, on avoue, ce n’est pas notre truc. Par contre, sensations nouvelles et pas désagréables sur le faux plateaux de fromages à base de pâtes d’oléagineux. L’équipe est sincère et le chef change sa carte tous les jours, si vous êtes curieux et/ou sensibles à cette démarche, ça peut valoir le détour.

CONCLUSION : Crudivore l’homme de demain ? Peut être, si le cuisinier cru sait nous faire découvrir de nouvelles textures et saveurs sans oublier la gourmandise au passage. Comme par exemple, dans le chouette livre de Delphine de Montallier tiens (au hasard)!

Partager Twitter Facebook Google +

Auteur :
Prix :
Date :
BAN :

Voir la fiche

Laisser un commentaire

« Recueillir les informations suivies de * est obligatoire pour publier votre commentaire. Ces informations sont destinées à HACHETTE LIVRE et feront l'objet d'un traitement dont HACHETTE LIVRE est responsable aux fins de publication et de gestion de votre publication. Vous bénéficiez de droits d'accès, de rectification et de suppression de ces informations que vous pouvez exercer en vous adressant à contact@marabout.com »

Lisez aussi