Accueil > Bonnes Adresses > C’est quoi, les bao zhi ?

C’est quoi, les bao zhi ?

C’est quoi, les bao zhi ?

Nom d’un petit riz complet cantonais vapeur, la mode de la cuisine chinoise, c’est que le début les enfants.

Désormais, les restaurants chinois « modernes » et gastronomiques fleurissent dans les palaces et les quartiers branchés, tandis que les rayons de Tang Frères ou de Paris Store deviennent bien plus pointus que les allées de chez Colette.

Et au devant de cette vague immense de spécialités chinoises qui ne va pas manquer de bientôt déferler, caracole en tête un petit pépère tout blanc, à l’allure bonhomme et au derrière rebondi : le bao zhi.

De quoi s’agit il ?

Les  bao 包 (envelopper) sont des petites boules de pâtes cuites à la vapeur et farcies de plein de choses. On les retrouve jusqu’au Vietnam (où on les appelle bánh bao), et selon les régions, les recettes et les formes varient. La bonne nouvelle dans tout cela, c’est qu’il existe du coup des tas de baos différents; et ça tombe bien, car on les adore.

Un exemple de bao typique ?

Presque tous les traiteurs chinois proposent des brioches vapeurs farcies de viande de porc en sauce. Légèrement sucrées, elles se dégustent brûlantes, et les amateurs n’hésiteront pas à l’agrémenter généreusement de sauce pimentée.

Pourquoi ça cartonne ?

Logique : le bao zhi n’a que des qualités ! Il est exotique, joli, délicieux, compatible street food et tout doux : qui n’en voudrait pas ? Pas étonnant que les grands chefs s’en soient emparés, le célèbre chef américain David Chang en tête, dont le pork belly bun (un bao à la poitrine de porc confite) fait courir les gourmands du monde entier.

On goûte ?

On vous le conseille en tous les cas ! Et pour cela, plusieurs solutions :

- le rayon surgelé de n’importe quel supermarché asiatique de votre région propose forcément des bao zhi surgelés, autour de 5 € les quatre en moyenne. On vous conseille la traditionnelle recette au porc laqué pour débuter.

- un restaurant ou traiteur fiable. Pour cela, assurez-vous que les produits soient fait maison. A Paris, dans le quartier chinois du Marais, le traiteur chez Shen est connu pour ses bao zhi simples mais efficaces, à moins de un euro pièce.

- une cantine hipstero-branchée. Si vous habitez une ville abritant ce genre d’adresses, renseignez-vous, il y a des chances qu’elles mettent des bao burgers ou autres hybrides à la carte. A Paris, tapez Siseng pour ce genre d’expérience.

- un gastro éveillé, comme le Yam tcha, dont la chef Adeline Grattard tient le wok d’une main ferme. En attendant que les travaux de son nouveau restaurant soient achevés, elle fournit les passants en baos fusionnés, aubergines, crevettes ou stilton, de la nourriture céleste et étoilée pour quelques euros bien dépensés (photo).

Partager Twitter Facebook Google +

Laisser un commentaire

« Recueillir les informations suivies de * est obligatoire pour publier votre commentaire. Ces informations sont destinées à HACHETTE LIVRE et feront l'objet d'un traitement dont HACHETTE LIVRE est responsable aux fins de publication et de gestion de votre publication. Vous bénéficiez de droits d'accès, de rectification et de suppression de ces informations que vous pouvez exercer en vous adressant à contact@marabout.com »

Lisez aussi