Accueil > Bonnes Adresses > Reportage photos sur un marché du Sud, à La Ciotat.

Reportage photos sur un marché du Sud, à La Ciotat.

Reportage photos sur un marché du Sud, à La Ciotat.

Et ça y est, à la bascule entre Juillet et Août on est un peu comme au coeur de l’oeil du cyclone des vacances …. Pour ceux qui ont la chance d’être en congé, tout est langueur et plaisir de se laisser aller. Pour ceux qui sont encore au travail, le rythme se détend, les journées se font plus lentes, on en vient même à laisser son esprit vagabonder parfois  - et même si le climat n’est pas tout à fait au rendez vous, on ose une petite robe au bureau, histoire de rapporter un peu d’été dans l’open space.

Alors pour participer à l’ambiance, nous avons choisi, pour notre deuxième reportage photo, de vous emmener au marché forain de La Ciotat, au soleil, au bord des bateaux.

Ambiance olives, beignets de fleurs de courgettes et aubergines de toutes les couleurs! Au milieu des camelots et des échoppes de maillots de bains fluos, la gourmandise de la région pointe son nez, et l’on flâne avec délices sur ce port transformé, pour quelques heures, en gigantesque bazar.

On commence par l’inévitable vendeur de tapenade. On va être sincères : il  y en avait plusieurs au marché, mais aucun ne semblait être producteur – et leurs olives pas vraiment du coin. Dommage, mais allez, ce sont les vacances, on ne va pas trop faire la fine bouche, elle fera quand même plaisir à l’apéritif la tapenade…

Tapenade au marché de la Ciotat

Quelques anchois au sel, à l’aspect toujours un peu craspec – mais ne vous laissez pas rebuter : une fois bien rincés, s’ils sont bons, cela peut être un délice.

Anchois au sel

Le stand le plus calorique et le plus sympathique du marché, c’est celui du monsieur qui fait les beignets de légumes. Entre un stand « bof » de vente d’accras que l’on devine congelés et un étal de vente de calamars tout justes sortis de leur boite, ce monsieur fait plaisir avec ses beaux légumes et son grand sourire. Courgettes, aubergines, et fleurs de courgettes sont passées à la pâte et frites sans autre forme de procès. Ce n’est pas franchement fin, mais c’est régressif à souhait.

Vendeur de beignets de légumes

Beignets de légumes

Fleurs de courgette en beignets

On continue notre route jusqu’au grand vendeur de légumes du bout du port. On aura pris soin d’abord de faire le plein de quelques tomates et melons directement vendus par les paysans (guettez au détour des allées, il sont quelques uns).

Ce grand vendeur de primeurs propose un très beau choix de fruits et légumes de saison, à des tarifs tout à fait décoiffants pour les citadins du froid que nous sommes. Un exemple : 2,50 € la barquette de six magnifiques courgettes fleurs. A ce prix là, ce serait presque mal poli de ne pas en prendre …

Courgettes fleurs

Vu également : ces très belles aubergines blanches, bien rebondies.

Aubergines blanches

Quelques « poivrons salades » au goût frais et acidulé, accompagnés de mini-aubergines dont on ferait bien des pickles …

Poivrons salade et aubergines

Le patron nous prend un peu pour des touristes (que nous sommes) : quand on passe à la caisse avec nos piments il nous regarde d’un air soupçonneux « Vous savez ce que c’est ? Et que ça pique ?« . Nous confirmons d’un air docte et repartons les bras chargés. Il nous faut maintenant trouver de la viande.

Pas de boucherie mais plusieurs rotisseries se trouvent sur le marché. Difficile de choisir la meilleure, nous prenons donc celle qui vend des oeufs de poules élevées en plein air. On ne regrettera pas notre choix : à notre humble avis, peu de choses égalent le bonheur d’un bon poulet rôti de retour du marché. Et les oeufs se révéleront formidables lors de l’aïoli du soir.

Oeufs

Poulets rôtis

Allez, histoire de se finir, il nous faut un peu de sucré. On croise quelques stands de nougats un peu louches (nougat au salidou, nougat aux fraises tagada -ouch!). On finit par trouver ce petit étal qui semble plus authentique, et qui présente également de belles oreillettes dorées. On attendra dix minutes que le vendeur, peut être parti faire un tour au bistrot, daigne se manifester. Décidément personne ne vient, nous repartons bredouilles malgré quelques photos.

Nougat

Oreillettes

Et voila, nos courses touchent à leur fin. On vous recommande aussi le vendeur d’huitres et de moules, en face de l’église, peu de choix mais du bon. Dommage, nous n’avons pas pu le prendre en photo (trop de monde).

On laisse derrière nous ce charmant port, au caractère si attachant, quelque part entre tradition provençale et révolution industrielle oubliée ….

Grue du port de la Ciotat

 

Partager Twitter Facebook Google +

Laisser un commentaire

« Recueillir les informations suivies de * est obligatoire pour publier votre commentaire. Ces informations sont destinées à HACHETTE LIVRE et feront l'objet d'un traitement dont HACHETTE LIVRE est responsable aux fins de publication et de gestion de votre publication. Vous bénéficiez de droits d'accès, de rectification et de suppression de ces informations que vous pouvez exercer en vous adressant à contact@marabout.com »

Lisez aussi