Accueil > Tendances > La pâtisserie traditionnelle japonaise, une histoire…

La pâtisserie traditionnelle japonaise, une histoire de poésie.

La pâtisserie traditionnelle japonaise, une histoire de poésie.

Bonjour les gourmands de desserts et de douceurs, aujourd’hui nous vous emmenons dans un univers exotique et poétique : celui de la pâtisserie japonaise.

Car voyez-vous, le sujet est tout à fait à la mode, et même si on ne trouve pas encore de Mochis chez Monoprix, les petites pâtisseries du pays du soleil levant commencent à se faire connaitre sous nos latitudes.

Quelles sont-elles ? Comment se mangent-elles ? Et surtout, la question que tout le monde se pose : ça a quel goût ?

Aujourd’hui, on vous dit tout (ou presque) sur la pâtisserie traditionnelle japonaise.

Yokan

Comment ça se passe ?

En Asie, c’est bien connu, le dessert n’a pas la même place que chez nous, et de nombreux pays se passent de la touche sucrée par laquelle nous avons l’habitude de ponctuer nos repas. Au Japon, c’est un peu le cas : en général, un repas traditionnel ne comprend pas de dessert, ce qui ne veut pas dire que les japonais ne sont pas friands de douceurs. C’est juste que celles-ci sont plutôt associées à la cérémonie du thé.

Or, cette cérémonie est formelle et constitue un acte social avec lequel on ne rigole pas trop – la pâtisserie japonaise traditionnelle se veut donc comme hautement raffinée et symbolique.

Manju

Qu’est-ce qu’on mange ?

Les gâteaux traditionnels japonais sont en général préparés selon un nombre limité de recettes, et ensuite présentés sous différentes formes et saveurs selon les saisons. La notion de saisonnalité est cruciale : ainsi le gâteau à la feuille de cerisier (printemps), ou le petit lapin blanc (hiver) ou encore l’aubergine (été) sont tous des symboles forts du temps qui passe, et porteurs de messages précis.

Pâtisserie Japonaise fourrée à la pâte d'azukis

Dans un salon de thé japonais classique, on retrouvera souvent  :

- Le Mochi : une pâte souple et légèrement collante, souvent présentée sous la forme d’une petite boule fourrée (souvent avec de la purée de haricots, rouges ou blancs, nommés azukis).

- Le Monaka : une « gaufrette » (qui ressemble à s’y méprendre à de l’ostie), également fourrée (et là aussi, on retrouve souvent la pâte de haricots).

- le Manju : des boules souples fourrées, mais cette fois-ci, la pâte est un genre de brioche cuite à la vapeur. C’est donc moins gluant que le mochi.

- le Yokan : un petit gâteau fait de gelée d’agar-agar.

- le Dorayaki : deux petites crèpes format pancakes et fourrées (devinez quoi ?) à la pâte d’azukis rouges.

Moshi en forme d'aubergine

Et alors, quel goût cela a ?

On va être honnètes : si vous abordez un Yokan ou un Mochi de la même façon qu’un mille-feuilles ou une religieuse au chocolat : vous allez être déçus. Les gâteaux japonais sont en général très peu parfumés, et l’omniprésente pâte de haricots ne brille pas par la puissance de son goût. Ces petites pâtisseries, quoique ravissantes, nous paraissent donc souvent fades, à nous qui sommes habitués à la flamboyance des desserts français.

C’est dommage, car du coup nous passons trop souvent à côté de leur charme. Il nous faudrait apprécier ces pâtisseries de façon différente. Elles sont faites pour se déguster paisiblement, avec un thé un peu amer qui fera ressortir la douceur et la subtilité de leurs textures et de leur (discrète) saveur. Il faut les aborder comme un poème de saison, comme une petite oeuvre d’art. Admirer leur forme et leur couleur. Comprendre leur signification, et apprécier ce moment de délicatesse presque introspective.

Yokan : hommage à la pyramide du Louvre

Et après ?

Après on ne s’arrête pas là ! D’abord parce que ces pâtisseries traditionnelles ne constituent pas toute la gamme des desserts japonais que l’on trouve actuellement, et que l’on peut aussi se régaler de délicieuses recettes de soupes froides, granités glacés, cakes fourrés, utilisant des ingrédients merveilleux tels le thé vert matcha ou la poudre kinako à la délicieuse saveur de cacahuètes.

Ensuite parce qu’en France, nous avons la chance d’accueillir de brillants pâtissiers japonais, maîtrisant à merveille l’art de la fusion gastronomique, et offrant de magnifiques exemples de pâtisseries d’inspiration, franco-japonaise (avec en tête de file, le très talentueux Sadaharu Aoki). Mais c’est une autre histoire, qui sera contée une autre fois …

Monaka

Les gâteaux de cet article ont été achetés à Paris, chez Toraya, un salon de thé Japonais traditionnel et ravissant (rue Florentin, 75001).

Partager Twitter Facebook Google +

Vos commentaires

  1. Cooknoyume

    Sympa l’article, juste une (grosse) faute, on dit et écrit pas « moshi » mais bien mochi =) le « chi » japonais se prononce « tchi » et on prononce bien « motchi » =)
    Bonne journée!

    5 juillet 2012 - 12:07
  2. bizarrfish

    Merci pour cette présentation !
    Je connaissais un peu ce qui se faisait là-bas car j’y suis allé à plusieurs reprises, et je dois dire que je retrouve bien les différentes pâtisseries que j’y ai « rencontrées » :.)

    5 juillet 2012 - 12:07
  3. Julia T

    Article très intéressant! je connaissais un peu et j,ai déjà goûté certains  »gâteaux » qui ne sont pas vraiment dans mes goûts. ceux-ci pour être appréciés doivent être pris dans le contexte pour lequel ils sont faits je crois.mais les créations des pâtissiers japonais en Europe me seront plus abordables en dehors de la cérémonie du thé. On attends la suite…

    5 juillet 2012 - 13:07
  4. Neveux

    article passionnant, mais c’est du Mochi, pas du moshi (moshi c’est dans moshi moshi…allo allo)… ;)

    5 juillet 2012 - 13:07
  5. Emma

    Une autre grosse faute, à la dernière ligne : « c’est une autre histoire, qui sera contée (et non comptée) une autre fois » :-)

    5 juillet 2012 - 14:07
    • Marabout

      Merci pour votre vigilance, ces coquilles sont corrigées !

      6 juillet 2012 - 10:07
  6. Quelqun

    A quand un Livre sur ces douceurs, ils se font trop rares et introuvables en France. Un livre de pâtisserie Japonaise – Asiatique dans la collection Marabout Chef serai le bien venu et nous changerai des livre sur les « Cuisine Japonaise – Sushi » qui ne sont absolument pas représentatif de la diversité de leur cuisine raffinée contrairement à ce que croient les occidentaux …

    25 avril 2013 - 20:04
  7. Pingback: Généralités - Généralités | Pearltrees

  8. Pingback: And so we cook| Les wagashi, pâtisseries japonaises traditionnelles

Laisser un commentaire

« Recueillir les informations suivies de * est obligatoire pour publier votre commentaire. Ces informations sont destinées à HACHETTE LIVRE et feront l'objet d'un traitement dont HACHETTE LIVRE est responsable aux fins de publication et de gestion de votre publication. Vous bénéficiez de droits d'accès, de rectification et de suppression de ces informations que vous pouvez exercer en vous adressant à contact@marabout.com »

Lisez aussi