Accueil > Tendances > Flandres : la frite food attitude

Flandres : la frite food attitude

Flandres : la frite food attitude

A l’heure où il est de bon ton de s’émerveiller devant la moindre camionnette à hot dog estampillée « Street Food », il est drôle de constater que l’un des pays ayant la tradition la plus ancrée en matière de manger dehors est la Belgique.

Le drôle là dedans, c’est que l’on pourrait penser que l’alimentation en plein air se pratique surtout dans les pays les plus chauds – alors que paradoxalement, c’est bien sous ce climat frais et vivifiant de l’Europe du nord-est que s’est développée l’une des traditions les plus vivaces en matière de restauration ambulatoire : la frite.

On a voulu comprendre un peu mieux ce phénomène, et comme chez Marabout nous n’hésitons pas à mouiller la chemise pour vous, c’est à Anvers que nous sommes allés voir ce qu’était cette « frite culture », vraie street food sans tralalas, trésor national du cher plat pays.

Constat n°1 : la frite fait partie du décor.

Quel que soit le quartier, quelle que soit l’ambiance, les « Fritkots » (friteries) sont partout, en général annoncées de loin par de grandes enseignes en forme de cornet de frites, on ne peut pas les rater.

Constat n°2 : la frite est mobile pour de vrai.

Dans la plupart des friteries, on ne pourra pas s’installer pour refaire le monde. Si les plus grandes proposent quelques tables en plastique, la majorité des adresses vous renvoient  dehors. Et lorsqu’il arrive qu’il y ait une vraie salle, elle est en général un peu « ambiance lavomatic » – le Mac Do à côté c’est un salon Ladurée. L’idée est donc bien de manger dans la rue, ce qui permet par ailleurs de constater que les frites font parfaitement office de chauffages ambulants.

Constat n°3 : la frite aime la sauce.

Chaque friterie propose une liste longue comme le bras de « toppings » avec lesquels recouvrir vos frites – et généreusement s’il vous plait, on n’est pas là pour trier les calories à la pince. Mayonnaise (en général industrielle), sauce pimentée, diverses préparations difficilement identifiables, et même un « Curry ketchup » au goût assez extra-terrestre (si vous voulez l’essayer, sachez qu’il s’agit d’un choix que nous qualifierions de radical …).

N’hésitez pas à demander la sauce à part, car son ajout en large quantité peut parfois noyer les frites.

Constat n°4 : hou la vache c’est bon.

Il n’y a pas à tortiller : quand on aime les frites, c’est toujours une petite extase d’en croiser des bonnes. Avant de vous lancer, renseignez-vous sur les adresses de fritkots les plus réputées (toutes ne se valent pas, loin de là), et vous ne serez pas déçus : malgré l’indécence absolue du bilan nutritionnel de ce snack, picorer ces merveilles croustifondantes en déambulant dans les ruelles médiévales d’Anvers reste un grand moment.

Constat n°5 : ne rien prévoir après.

Parce que dodo.

Quelques friteries à Anvers :

  • - Frituur n°1 : testée par grand froid, pas de doute ça tient bien au corps. La mayonnaise piquante est chouette si vous êtes amateurs de sensations fortes.
  • - Fritkot Max : une adresse non testée mais une référence à Anvers, vous ne devriez pas être déçus.

Et aussi : Chez Vincent (une friterie qui se proclame « haut de gamme » – mais actuellement en rénovation).

Partager Twitter Facebook Google +

Vos commentaires

  1. amandine

    je rentre tout juste d’un voyage à bruxelles et il est vrai que les friteries sont partout et surtout qu’il ya la queue même sous la pluie! d’excelentes frites avec beaucoup de sauce et même si vous demandez un petit cornet vous avez droit à un mega cornet! c’est incomparable à ce que l’on nous sert en france!!

    19 mars 2012 - 19:03
  2. Pingback: Frites un jour, frites toujours « Street Food Rocks

  3. Benyamina

    Pour les meilleures frites et fritures qui soient, il faut utiliser la seule huile
    Qui ne rancit pas, qui ne se dégrade pas,
    qui peut être utilisée pendant deux ans, juste avec une remise à niveau et une filtration après friture pour enlever les morceaux passés à travers le panier,
    qui est anti-cholestérol, qui possède des tas de qualités diététiques et thérapeutiques
    dans certains cas de difficultés de santé,
    j’ai nommé l’huile vierge de noix de coco
    et qui est économique car il ne faut pas la changer même après une centaine d’utilisations
    pour tout savoir : http://noix-de-coco.blog4ever.com/

    9 avril 2012 - 00:04

Laisser un commentaire

Lisez aussi