Accueil > Tendances > C’est la crise : mangeons local !

C’est la crise : mangeons local !

C’est la crise : mangeons local !

Ha cette crise, on n’en finit pas de la voir arriver, on a même entendu ce matin à la radio qu’on en prenait pour 10 ans, voila encore une nouvelle qui va remonter le moral de tout le monde. D’autant plus qu’on ne sait pas bien qu’y faire.
Quoi que …
Et si, dans les petites actions à notre portée, certaines étaient gourmandes et vertueuses à la fois ? C’est ce que revendique le désormais populaire mouvement locavore, qui en faisant la promotion de la consommation locale, promet la re-densification des tissus économiques régionaux et rien de moins que sauver la planète.
Trop beau pour être vrai ? En tous les cas ça ne peut pas faire de mal …

Le constat

Aux Etats Unis, les aliments parcourent en moyenne 2400 km avant d’être consommés*. Un chiffre colossal, dû en partie à l’importation d’aliments typiquement distants (viande argentine ou foie gras français), mais surtout à l’industrie des plats déjà préparés, dont de nombreux ingrédients sont importés à bas coût d’un peu partout à travers le pays et le monde. Plus l’aliment est transformé, plus il est difficile à identifier localement.

Le principe

L’idée est donc de consommer majoritairement (voire exclusivement pour les plus motivés) des produits venant de moins de 200 km de chez soi. On en profite au passage pour consommer des produits de saison, ce qui est en cohérence avec la démarche locavore.
Les conséquences positives sont indéniables :

- Diminution drastique de l’impact carbone
- Développement de l’économie locale
- Meilleure évaluation des produits (on ne paye pas forcément moins cher, mais un prix plus juste).
- Diminution du nombre des intermédiaires (la consommation locavore privilégie souvent les modèles de distribution directs : plus besoin de passer par des centrales d’achat nationales).

Les bonnes pratiques

Pratiquer la consommation locale n’est pas toujours évident et manque parfois un peu d’attrait (plus facile d’être locavore à Nice qu’à Metz), mais pas question de se décourager. Même sans avoir de jardin ou de bateau de pèche, on peut consommer frais et local toute l’année si on veut.

- On s’assure d’être bien informés. La première des étapes avant tout chose, c’est d’avoir une information claire sur la composition et l’origine du produit. Certaines étiquettes sont trompeuses, une mention « fabriqué à Lyon » ne garantit pas que tous les composants soient originaire de la région Lyonnaise. Il faut poser des questions, et réclamer auprès des vendeurs pour exiger une information la plus fine possible.

- On encourage les bonnes initiatives. Un restaurant qui affiche le nom et l’adresse de ses fournisseurs régionaux, une grande surface qui s’approvisionne chez les fermiers locaux ? On achète, on est contents et on le dit : ça fait toujours plaisir à entendre et cela donnera du coeur à l’ouvrage à ceux qui font des efforts dans le bon sens.


- On se renseigne sur les évènements locaux. Foire à la sardine, Fête du cheval-cochon, Journée des salsifis : ne les ratez pas. C’est là que vous rencontrerez les acteurs de la vie du terroir de votre région. Recherchez les fermiers qui font de la vente directe ou renseignez-vous sur leurs distributeurs.
- On veut aller plus loin ? On s’engage dans le tissu associatif local. AMAPs, associations régionales et réseaux locavores divers se développent. Grâce à internet, ces organisations sont désormais faciles à identifier et contacter, ne vous privez pas : plus on est de fous …

* Source cdurable.info

Partager Twitter Facebook Google +

Laisser un commentaire

« Recueillir les informations suivies de * est obligatoire pour publier votre commentaire. Ces informations sont destinées à HACHETTE LIVRE et feront l'objet d'un traitement dont HACHETTE LIVRE est responsable aux fins de publication et de gestion de votre publication. Vous bénéficiez de droits d'accès, de rectification et de suppression de ces informations que vous pouvez exercer en vous adressant à contact@marabout.com »

Lisez aussi